La religion avant le christianisme

Afficher l’image sourceDans le monde païen, il y a 20% d’athées, 80% d’agnostiques qui pensent que l’on ne peut rien savoir de Dieu (le Créateur, source de tout) et 100% de superstitieux.

20% d’athées. L’athéisme n’est nullement le fruit du progrès scientifique comme nous l’a fait croire le positivisme. Il est fréquent dans le monde païen romain ou grec. La Bible nous révèle que l’athéisme est aussi présent au Moyen Orient il y a 3000 ans. On trouve en effet de fréquentes références aux athées (« Il n’y a pas de Dieu, voilà toute leur pensée »). Les textes nous montrent que la pensée des athées il y 2500 ans est la même qu’aujourd’hui : « Personne n’est revenu de la mort, il n’y a rien après » avec des arguments pseudo scientifiques et l’idée que nous n’avons qu’à jouir le plus possible tant que c’est possible. Une absence totale d’espérance.

80% de croyants agnostiques qui pensent que Dieu existe mais que l’on ne peut rien savoir de lui ni entrer en contact avec lui. La vie religieuse est seulement en lien avec les esprits, forces cosmiques et âmes des morts. C’est la religion des dieux et des idoles. On cherche à se concilier ces forces qui nous dépassent, mais le contact avec Dieu bon et créateur est impossible.  On ne sait rien de lui.  Beaucoup croient cependant à une vie après la mort.

100% de superstition. Le monde païen est marqué par la peur. Cette peur devant la mort, la maladie… favorise le recours à l’occultisme, guérisseurs et voyants. Il est étrange de voir réapparaître tout cela en grande force aujourd’hui. Contrairement à ce que pensaient les Lumières, le christianisme est finalement le meilleur rempart contre la superstition -même si le christianisme n’a jamais réussi à supprimer la superstition qui se servaient des pratiques religieuses chrétiennes.

Le christianisme est apparu comme une formidable force de progrès dans le monde païen en chassant la peur et la superstition, en donnant une espérance et une possibilité de connaître Dieu et sa bonté. Le christianisme a aussi introduit dans ce monde païen le respect de la dignité humaine, la défense des plus faibles dans un monde où cela était totalement étranger.