Leçon d’histoire : Pie XII

Pie XII a sauvé dans le monde plus de juifs que tout autre personne dans l’histoire ». C’est ce que dit un historien juif américain. De plus en plus d’historiens juifs américains découvrent le vrai rôle de Pie XII pendant la guerre. Sans entrer sur le débat sans fin sur ce que Pie XII aurait dû dire, il est de plus en plus incontestable pour les historiens qu’il est l’homme qui a sauvé le plus de Juifs pendant la guerre. On reproche souvent aux hommes d’Etat d’avoir des paroles mais pas des actes, Pie XII a eu les actes. Je cite ici Wikipédia pour donner un caractère neutre à notre propos.

« A partir de septembre 1943, devant l’arrivée des juifs venus de l’Italie du Nord, l’Église accorde le refuge à 477 Juifs à l’intérieur du Vatican, à 4 238 autres dans des monastères et couvents italiens des environs sur ordre833 000 sont logés à Castel-Gandolfo et 400 enrôlés dans la Garde pontificale84). Devant les atrocités commises par la Gestapo et les SS, le pape Pie XII laisse l’ Osservatore Romano exprimer l’indignation de l’Église dans son numéro du 25 octobre 1943, saisi par les Allemands, qui menacent de reprendre les perquisitions dans les monastères pour y débusquer les Juifs cachés.  Deux mois plus tard, l’Osservatore Romano publie un article qui incite les catholiques à protéger les Juifs »85.

À la fin de 1943, le commandant des S.S. de Rome ordonne au chef de la communauté israélite de fournir 50 kgd’or dans les 24 heures sous peine de déportation immédiate de 200 autres Juifs (une grande rafle ayant déjà eu lieu le 16 octobre 1943). La collecte n’ayant réuni que 35 kg d’or, le grand rabbin de Rome Israel Zolli, reçoit du pape Pie XII les 15 kg manquants, collectés auprès des catholiques de Rome86. Des filières organisées avec l’aide du clergé de Rome et des autres pays européens et d’Amérique latine, leur permettent ensuite gagner des pays neutres ou alliés87.

Le grand rabbin de Rome se fait baptiser le 13 février 1945 avec son épouse et sa fille. Il prend en signe de reconnaissance le prénom de baptême du pape, manifestant ainsi l’importance qu’a eu le pape dans sa conversion, à commencer par son exemple de charité auprès des Juifs, même s’il a souvent répondu qu’il ne s’était pas converti par gratitude envers le Pape.

Au lendemain de la guerre, de nombreux témoignages de reconnaissance sont adressés au Pape132. Le grand rabbin de Jérusalem, Isaac Herzog, déclare en 1944 : « Ce que votre Sainteté et ses éminents délégués (…) font pour nos frères et sœurs (…), le peuple d’Israël ne l’oubliera jamais ». En 1958, Golda Meir, ministre des Affaires étrangères d’Israël déclare, à l’occasion du décès de Pie XII : « Quand le terrible martyre de notre peuple arriva, pendant la décennie de la terreur nazie, la voix du Pape s’éleva pour les victimes […] Nous pleurons un grand serviteur de la paix »134Elio Toaff Grand rabbin de Rome déclare : « Les juifs se souviendront toujours de ce que l’Église a fait pour eux sur l’ordre du pape au moment des persécutions raciales »135.

Einstein écrivait en 1940 dans le journal Times : « Dans la campagne entreprise par Hitler pour faire disparaître la vérité, seule l’ Eglise Catholique se tenait carrément en travers du chemin. Je ne m’ étais jamais spécialement intéressé à l’ Eglise auparavant, mais maintenant je ressens pour elle grande affection et admiration, parce qu’ elle seule a eu le courage et la persévérance de se poser en défenseur de la vérité intellectuelle et de la liberté morale. »